Avent… Quelques éclairages en prélude au « temps d’après » (part. 1)

19 mai 2024

En Avent ! Episode 1 : ce qu’il faut retenir de l’actualité mode responsable de ces jours derniers pour se préparer à ce que certains d’entre nous nomment « la nouvelle révolution textile » :

Traçabilité, économie circulaire,  information des consommateurs via un « ecoscore » qui réponde aux véritables attentes de nos parties prenantes : autant d’enjeux éclairés le 1er décembre dernier, à l’occasion de Fashionreboot de l’Ifm Paris.

J’y étais, et partage volontiers avec vous quelques résultats d’enquêtes de l’année présentés. Et cet espoir : « un nouveau monde/cycle économique » est possible, en écho aux mots d’ouverture d’Alain Frachon du journal Le Monde.

1/ Du côté de l’offre, pour 2023, les « bonnes résolutions » au programme « investir » :

Les domaines d’investissement prioritaire pour 2023 :

1.Le digital, 2. Les actions en matière de développement durable, 3. L’attractivité des points de vente.

 

En ce qui concerne les matières éco-responsables, quelles actions prioritaires avez-vous menées en 2022 ?  
Augmentation de l’utilisation de matières éco-responsables labellisées 48 %
Amélioration de la traçabilité des matières (meilleure connaissance de l’origine de la matière lors des achats) 48 %
Utilisation de matières recyclées 46 %
Utilisation de matière bio 29 %
Pas d’action particulière sur les matières en 2022 10 %
Renoncement à l’utilisation de certaines matières (fourrure, mohair, angora…) 8 %

Source : Enquête 100 marques-enseignes IFM 2022, en pourcentage du nombre de répondants.

2 réponses possibles.   Institut FRANCAIS de la MODE

 

2/ Concernant les attentes mode responsable des clients finaux (« consommateurs ») :

44 % des consommateurs ont acheté au cours des 12 derniers mois un produit de mode éco-responsable.

Qu’est-ce qui vous préoccupe le plus en matière de mode éco-responsable ?  
L’utilisation de produits toxiques pour la peau (colorants, traitements chimiques) 42 %
La pollution générée par la fabrication de vêtements 38 %
Les salaires bas et les conditions de travail des ouvriers 37 %
L’utilisation de matières qui génèrent de la souffrance animale 31 %
La pollution générée par le transport 29 %
La protection des emplois liés au textile en France 29 %
Le non-recyclage des vêtements en fin de vie 29 %
Le respect de la diversité (origines, cultures, égalité homme/femme…) par la marque 16 %

Source : Enquête 100 marques-enseignes IFM 2022, en pourcentage du nombre de répondants.

3 réponses possibles.   Institut FRANCAIS de la MODE

 

Soit, des critères à prendre en compte pour le futur #ecoscore ? L’avenir le dira….

 

Sur tous les sujets liés à la RSE dans nos filières, l’actualité est dense pour les entreprises.

 

Ce même premier jour de … l’Avent, à propos de mode circulaire, Les Echos publiaient un article (@V.JacobergerL et Bertra1Philippe : la « seconde main » n’est plus une « niche ». Bonne nouvelle. Ce serait grâce à l’inflation, titre l’article, en guise d’accroche …

 

A lire en entier : car au-delà du titre réducteur, son contenu s’ajuste davantage à la réalité telle qu’elle est, c’est-à-dire plus nuancée et complexe : cet « élan » est antérieur à l’envol des prix, il se confirme et prend de l’ampleur. Ainsi, selon Boston Consulting Groupe, ce marché a triplé en 3 ans et devrait croître ces prochaines années en moyenne de 20 à 20%« . Question de pouvoir d’achat, certes. Mais pas seulement : « la motivation écologique compte pour 40% » des personnes interrogées » relèvent les journalistes. Ajoutant, étonnamment : « Le panier moyen est selon @resee d’environ 1 161€« . Incroyable !!!!

Le très haut de gamme ne serait donc pas en reste, avec un marché de la seconde main estimé à plus de 52Md€, notent-ils. L’avenir sourit-il, en ce domaine, au Luxe plutôt qu’à l’ultra fastfashion ? Pour sa part, Wedemain y croit et l’annonce.

 

A nous d’être attentifs à l’état du monde, d’être à l’écoute des attentes de l’ensemble des « parties prenantes » ; sans cette adéquation, difficile de former des voeux de prospérité crédibles ! En… Avent : modifier les modes de production et de consommation implique de faire sans trop attendre des choix, éclairés pour que des indicateurs avérés, à la hauteur des enjeux triomphent des amalgames et des manipulations en cours. Dans cette perspective, restons connectés pour d’autres informations.

 

Prochain épisode : Nouveaux enjeux, nouvelles règles : le cahier des charges REP (responsabilité élargie du producteur) des ministères, lié à la loi AGEC, est paru !

 

Sylvie Chailloux, Présidente de l’UFIMH

.
Partagez cet article sur :

/ Autres articles /

Le nouveau programme télévisé de M6 : « ON REFAIT LA MODE »

La nouvelle émission de M6 « On refait la mode » , diffusée depuis le 29 avril,  invite les candidats à confier la refonte de leur dressing à des experts, grâce à des solutions simples et vertueuses en adoptant de nouveaux réflexes respectueux de l’environnement tels que réparer, réutiliser, recycler, réduire ou restyler. L’éco-organisme Refashion, parrain de cette émission, entend prodiguer des astuces du quotidien afin de limiter la surconsommation de vêtements à l’heure où les sujets d’impact environnemental de la mode et du textile sont l’objet de débats médiatiques et politiques. Le Directeur de la Création de l’agence de conseil McCann, Julien Calot, et M6 ont voulu donner une vision divertissante et éducative qui permet d’informer les consommateurs sur les sujets liés à la mode responsable et de déclencher l’envie de réinventer leur dressing. L’ambition de Refashion est d’accélérer le changement des comportements des citoyens pour que les Français prennent plaisir à réaliser ces gestes simples qui révèleront en eux une part de responsabilité et de créativité.

7è FORUM DE LA MODE : LA FORMATION DE MAIN-D’ŒUVRE POUR LE LUXE AU CŒUR DES DEBATS

Mercredi 24 avril 2024, était organisé au Palais de Tokyo le 7è Forum de la Mode sur le thème « Une mode en transformation », soutenu par le ministère de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique et le ministère de la Culture, dans le cadre du Comité Stratégique de Filière Mode & Luxe, la Fédération Française du Prêt-à-Porter Féminin et la Fédération de la Haute Couture et de la Mode réunissant les professionnels de la mode  qui ont unanimement reconnu la nécessaire revalorisation des métiers de la main. Ce, pour répondre à la pénurie de main-d’œuvre à laquelle sont confrontées les marques haut de gamme et de luxe. Deux tables-rondes étaient consacrées à la transmission des savoir-faire, l’évolution des techniques de production et la responsabilisation sociale et environnementale dans l’industrie. Pour répondre aux besoins de main-d’œuvre, l’insertion professionnelle, les migrants et les jeunes sortis des écoles sont les pistes retenues par les intervenants. « Nous avons une mission sociale, sociétale et environnementale », a défendu Jean Soufflet, directeur général de Résilience, un réseau d'ateliers de confection textile qui emploie des personnes éloignées de l'emploi. « Des savoir-faire, comme la fourrure, vont disparaître, mais d’autres innovations vont les remplacer, d’où l’importance de transmettre. L’idée est de s’approprier les nouveaux outils », a conclu Hans de Foer, directeur des programmes de Savoir Faire à l’Institut de la Mode (IFM).

CARTOGRAPHIE DES FABRICANTS FRANÇAIS D’UNIFORMES SCOLAIRES

La Maison du Savoir-Faire et de la Création procède actuellement, avec le groupe de travail Réindustrialisation de l’UFIMH, à une cartographie des fabricants français qui participent ou souhaitent participer aux uniformes scolaires.   Celle-ci permettra :  
  • aux industriels d’être identifiés comme acteur de la fabrication des uniformes scolaires
  • d’aider les entreprises de répondre aux appels d’offres
  • aux collectivités de bien connaitre les ressources de fabrication dans leurs régions,
  • de valoriser la relation locale entre collectivités et fabricants sans intermédiaire.
Ceci afin de faciliter un projet industriel global, qui participe au dynamisme de l'économie locale et garantisse qualité et durabilité pour les familles, les élèves et les établissements scolaires.     Retrouver les professionnels de la Mode et de l’Habillement qui participent à la production d’uniformes scolaires grâce au nouveau critère de recherche « production pour les uniformes scolaires » de la plateforme de la Maison du Savoir-Faire et de la Création.