BERCY DESHABILLE LA MODE

19 juin 2024

Alors que la Fashion Week de Paris bat son plein, l’administration fiscale impose une nouvelle taxe de 7 % sur la création française, menaçant tout l’écosystème du secteur. Cette annonce a sidéré les professionnels qui avaient salué le discours d’Emmanuel Macron le 5 mars dernier soulignant le rôle des créateurs dans l’économie.

Sans aucune concertation avec la filière de la mode et de l’habillement, cette disposition du PLF prévoit le versement à l’Etat de 7 % en 2019 des ressources du DEFI, le Comité Professionnel de Développement de l’Habillement. Le DEFI a pour mission le soutien aux créateurs, à l’image de marque mode de Paris et de la France à l’étranger, à l’internationalisation des PME, au maintien des savoir-faire. Le DEFI accompagne chaque année 550 entreprises. Ce comité est intégralement financé par une taxe affectée qui a été demandée par les professionnels, sans jamais être remise en cause par eux depuis 1984. Cette taxe représente un montant annuel de 10 millions d’euros.

L’administration propose, en 2019, de soustraire à son profit 7 % des ressources du DEFI. Ceci conduira concrètement à ponctionner les soutiens accordés afin de les verser à l’Etat : pour les entreprises, il s’agira d’un nouvel impôt. En 2020, la ponction de l’Etat serait de 20 %.

Cette baisse des ressources du DEFI, si elle était votée, porterait un coup sérieux au secteur, notamment au dynamisme de la création française et à l’internationalisation des PME. Son impact sera négatif au plan économique et sans effet sur les finances publiques.

La mode représente une fois et demie le chiffre d’affaires généré par l’industrie aéronautique et la richesse apportée au pays est supérieure à celle des industries aéronautiques et automobile réunies

Incompréhensible. L’industrie de la mode représente 150 milliards d’euros de chiffres d’affaires, soit directement 1,7 % du PIB français et 2,7 % en comptant les effets induits, dont près de 40 milliards d’euros réalisés à l’exportation. La mode représente une fois et demie le chiffre d’affaires généré par l’industrie aéronautique et la richesse apportée au pays est supérieure à celle des industries aéronautiques et automobile réunies.

Pour le secteur, cette mesure est d’autant plus incompréhensible qu’elle va à l’encontre des derniers signaux du gouvernement. Lors du second Forum de la Mode, qui s’est tenu à Bercy en novembre 2017, le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, avait loué la contribution de l’industrie de la mode à l’économie française et l’accompagnement et les outils apportés par le DEFI aux entreprises. Bruno Lemaire avait même déclaré : « Vous êtes l’un des secteurs dans lesquels les décisions fiscales prises par le gouvernement seront les plus positives ».

Le secteur de la mode ne demande aucune aide ni subvention. Il estime qu’il a su mettre en place une « taxe optimale » en instaurant un système efficace et exemplaire sans peser sur le budget de l’Etat. Les professionnels demandent que les ressources du DEFI au profit des entreprises soient respectées et que son apport crucial à cet écosystème soit reconnu.

Lucien Deveaux, Président du DEFI ; Christian Pimont, Président de l’Alliance du Commerce et de la Fédération des Enseignes de l’Habillement ; Marc Pradal, Président de l’Union Française des Industries Mode et Habillement ; Pierre-François Le Louët, Président de la Fédération Française du Prêt-À-Porter Féminin ; Claude Miserey, Président de la Fédération Française des Industries du Vêtement Masculin ; Claude Tétard, Président de la Fédération Française des Industries de Chemiserie Lingerie ; Daniel Crépin, Président de la Fédération des Industries Diverses de l’Habillement- Mode et Accessoires.

Autres articles :

–       Les Echos : https://www.lesechos.fr/industrie-services/mode-luxe/0302346105490-la-filiere-mode-mise-en-colere-par-bercy-2210788.php

–       Fashion Network :

https://fr.fashionnetwork.com/news/DEFI-les-professionnels-font-front-face-aux-coupes-budgetaires,1020309.html#.W78GdmgzaUk

https://fr.fashionnetwork.com/news/Bercy-s-apprete-a-taxer-la-creativite-made-in-France,1018316.html#.W78G_GgzaUm

 

 

.
Partagez cet article sur :

/ Autres articles /

La Fédération Française du Prêt à Porter Féminin lance son programme « Mentor Digital »

« Mentor Digital », lancé par la Fédération Française du Prêt à Porter Féminin et soutenu par le DEFI, est un programme court d’accompagnement sur 9 semaines destiné aux marques pour les former à la modélisation 3D, l’intelligence artificielle, l’e-commerce, les réseaux sociaux, la cybersécurité.   Ce programme, encadré par Myriam Aïlo, Directrice Générale d’Avnier et experte en stratégie de service et UX design ainsi que par 10 professionnels mobilisés sur toutes les problématiques digitales, vise à booster l’activité des marques grâce à l’innovation et le digital pour mettre la technologie au service de la stratégie.   Le programme se déroule en 5 demi-journées réparties en :
  • 1 masterclass inspirationnelle,
  • 3 Workshops pratiques,
  • un accompagnement individuel.
  Les critères pour intégrer le programme : –être une marque française de prêt-à-porter, – souhaiter se faire accompagner pour construire sa stratégie digitale, – avoir un chiffre d’affaires minimum de 1M€, – être à jour de cotisation avec le DEFI (www.defimode.org/la-taxe/comment-payer/).   Onze marques ont été sélectionnées parmi 35 candidatures par le pôle Entrepreneuriat de la Fédération : Soi Paris, Flotte, Prêt pour Partir, Sacrécoeur, Diega, Louise Misha, Noyoco, Labdip, Destrée, Hartford et Casey Casey.   Les candidatures sont closes pour 2024 mais une prochaine édition de MENTOR DIGITAL est prévue pour le premier semestre 2025.   Par ailleurs, la Fédération Française du Prêt à Porter Féminin travaille sur un programme équivalent sur le leadership : posture de dirigeant et management, recrutement et rémunération, prise de parole et personal branding au deuxième semestre 2024.   ❓ Pour être recontacté par la Fédération et en savoir-plus sur le programme, cliquez sur ce lien  

La méthodologie ACT : un nouvel outil d’évaluation de l’empreinte carbone pour tous les acteurs de la mode et du luxe.

Les différentes approches sur les réductions de l’empreinte carbone des acteurs de mode et groupes de luxe n’ont pas permis de comparer les résultats par rapport aux autres secteurs. La nouvelle méthodologie Act, portée par l’Association Paris Good Fashion, le DEFI, l’ADEME, les fédérations de l’habillement, et grâce à l’expertise du World Benchmarking Alliance, de Climate Chance et du Cabinet Deloitte, actuellement testée par une dizaine de marques et de groupes de la mode et du luxe, a pour but d'harmoniser les pratiques du secteur. L’intérêt de cette méthode est qu’elle a déjà été développée dans 14 secteurs tels que le transport, le commerce de détail ou l’agroalimentaire, etc, et qu’elle s’appuie sur neuf modules thématiques, analyse les actions mises en place par les grands groupes, les PME, les marques, les enseignes afin de proposer un outil le plus adapté au secteur très complexe de la mode et du luxe. Une consultation publique réunissant 185 structures dont des acteurs internationaux a permis d’apporter des précisions et d’adapter l’outil aux grands groupes comme aux TPE. Une phase d’expérimentation de la méthode est en cours avec 18 entreprises. Environ 90% des données nécessaires sont déjà collectées, par exemple dans le cadre de l'obligation européenne de la CSRD (Corporate Sustainability Reporting Directive)". Face aux divers projets français et européens de textes encadrant les sujets environnementaux dans le secteur textile, la méthodologie Act précise d'ores et déjà qu'elle se référera à la législation prédominante. Une fois définitivement validée, la méthodologie Act mode et luxe sera disponible en open source, c'est à dire qu'elle sera gratuite. La seule condition sera de former une personne de l'entreprise à sa mise en place. Lien ADEME : https://agirpourlatransition.ademe.fr/entreprises/aides-financieres/20230504/act-assessing-low-carbon-transition-france-2023

3ème édition des De(ux) Mains du Luxe à Lyon du 6 au 9 Juin

A l’occasion des 100 ans des Meilleurs Ouvriers de France et des finales nationales du concours Meilleurs Apprentis de France, les Maisons du Comité Colbert s’engagent aux côtés des MOF pour faire découvrir les métiers de l’artisanat et du luxe (doreur, graveur, porcelainier, joaillier, couturier, maroquinier, orfèvre, chef patissier, palefrenier, sommelier, maçon et autres). Quatre jours pour jouer et découvrir les métiers et savoir-faire ainsi que leurs formations avec des professionnels à travers des activités ludiques des métiers, des initiations à certains savoir-faire, masterclasses et conférences. L’événement se déroulera au Centre des Congrès, 50 quai Charles de Gaulle, 69006 Lyon, du jeudi 6 au dimanche 9 juin. Inscription à l'événement Les de(ux)mains du luxe (lesdemainsduluxe.com)