BERCY DESHABILLE LA MODE

4 décembre 2022

Alors que la Fashion Week de Paris bat son plein, l’administration fiscale impose une nouvelle taxe de 7 % sur la création française, menaçant tout l’écosystème du secteur. Cette annonce a sidéré les professionnels qui avaient salué le discours d’Emmanuel Macron le 5 mars dernier soulignant le rôle des créateurs dans l’économie.

Sans aucune concertation avec la filière de la mode et de l’habillement, cette disposition du PLF prévoit le versement à l’Etat de 7 % en 2019 des ressources du DEFI, le Comité Professionnel de Développement de l’Habillement. Le DEFI a pour mission le soutien aux créateurs, à l’image de marque mode de Paris et de la France à l’étranger, à l’internationalisation des PME, au maintien des savoir-faire. Le DEFI accompagne chaque année 550 entreprises. Ce comité est intégralement financé par une taxe affectée qui a été demandée par les professionnels, sans jamais être remise en cause par eux depuis 1984. Cette taxe représente un montant annuel de 10 millions d’euros.

L’administration propose, en 2019, de soustraire à son profit 7 % des ressources du DEFI. Ceci conduira concrètement à ponctionner les soutiens accordés afin de les verser à l’Etat : pour les entreprises, il s’agira d’un nouvel impôt. En 2020, la ponction de l’Etat serait de 20 %.

Cette baisse des ressources du DEFI, si elle était votée, porterait un coup sérieux au secteur, notamment au dynamisme de la création française et à l’internationalisation des PME. Son impact sera négatif au plan économique et sans effet sur les finances publiques.

La mode représente une fois et demie le chiffre d’affaires généré par l’industrie aéronautique et la richesse apportée au pays est supérieure à celle des industries aéronautiques et automobile réunies

Incompréhensible. L’industrie de la mode représente 150 milliards d’euros de chiffres d’affaires, soit directement 1,7 % du PIB français et 2,7 % en comptant les effets induits, dont près de 40 milliards d’euros réalisés à l’exportation. La mode représente une fois et demie le chiffre d’affaires généré par l’industrie aéronautique et la richesse apportée au pays est supérieure à celle des industries aéronautiques et automobile réunies.

Pour le secteur, cette mesure est d’autant plus incompréhensible qu’elle va à l’encontre des derniers signaux du gouvernement. Lors du second Forum de la Mode, qui s’est tenu à Bercy en novembre 2017, le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, avait loué la contribution de l’industrie de la mode à l’économie française et l’accompagnement et les outils apportés par le DEFI aux entreprises. Bruno Lemaire avait même déclaré : « Vous êtes l’un des secteurs dans lesquels les décisions fiscales prises par le gouvernement seront les plus positives ».

Le secteur de la mode ne demande aucune aide ni subvention. Il estime qu’il a su mettre en place une « taxe optimale » en instaurant un système efficace et exemplaire sans peser sur le budget de l’Etat. Les professionnels demandent que les ressources du DEFI au profit des entreprises soient respectées et que son apport crucial à cet écosystème soit reconnu.

Lucien Deveaux, Président du DEFI ; Christian Pimont, Président de l’Alliance du Commerce et de la Fédération des Enseignes de l’Habillement ; Marc Pradal, Président de l’Union Française des Industries Mode et Habillement ; Pierre-François Le Louët, Président de la Fédération Française du Prêt-À-Porter Féminin ; Claude Miserey, Président de la Fédération Française des Industries du Vêtement Masculin ; Claude Tétard, Président de la Fédération Française des Industries de Chemiserie Lingerie ; Daniel Crépin, Président de la Fédération des Industries Diverses de l’Habillement- Mode et Accessoires.

Autres articles :

–       Les Echos : https://www.lesechos.fr/industrie-services/mode-luxe/0302346105490-la-filiere-mode-mise-en-colere-par-bercy-2210788.php

–       Fashion Network :

https://fr.fashionnetwork.com/news/DEFI-les-professionnels-font-front-face-aux-coupes-budgetaires,1020309.html#.W78GdmgzaUk

https://fr.fashionnetwork.com/news/Bercy-s-apprete-a-taxer-la-creativite-made-in-France,1018316.html#.W78G_GgzaUm

 

 

Partagez cet article sur :

/ Autres articles /

Conversations Mode : le nouveau rendez-vous des professionnels de la mode avec Bpifrance

Le Hub Bpifrance, sis au 8, boulevard Haussmann à Paris, accueillera dans l'après-midi du 15 novembre le nouveau rendez-vous «Conversations Mode».   Organisé de 13h30 à 20h30 par les divers programmes d'incubation et d'accélération de la filière mode et luxe, l'événement s'adresse aux entrepreneurs et dirigeants de marques de mode, avec pour objectif de valoriser les initiatives de filière en termes d'accompagnement.   Le rendez-vous est co-organisé par la CCI Paris Ile-de-France, Au-delà du cuir,Maisons de mode, la Fédération du prêt-à-porter féminin, la Ville de Paris, le Bureau du design, de la mode et des métiers d'art, l'Institut français de la mode et la Fédération de la haute couture et de la mode. Le tout en partenariat avec Bpifrance.   Lien Fashionnetwork : "Conversations Mode", le nouveau rendez-vous des professionnels de la mode avec Bpifrance (fashionnetwork.com)

Votez pour les Trophées européens de la mode circulaire#2»

Vous rêvez d’une autre mode ? Votez ! Soutenez vos 3 projets favoris parmi les 15 finalistes en compétition pour gagner les Trophées européens de la mode circulaire #2 ! Une excellente manière d’encourager les entreprises de la filière mode et habillement qui réduisent l’impact de leurs activités sur l’environnement et la société. Les Trophées sont organisés par la Métropole Européenne de Lille en partenariat avec l’ADEME, la Région Hauts-de-France, l’Eurométropole Lille-Kortrijk-Tournai et REV3. Votez jusqu’au 16 novembre sur www.modecirculaire.com Cérémonie de remise des prix le 18 novembre à 18h30 au Théâtre du Nord (Grand Place à Lille).

La diversification gagnante de Confection des Deux Sèvres

Les origines de la société Confection des Deux Sèvres remontent à 1927 avec la création de la manufacture de vêtements KIDUR. Jusqu’alors spécialisée dans la chemise sur mesure, C2S a récemment étoffé ses savoir-faire en déclinant ses fabrications à destination du prêt à porter féminin et des maisons françaises de luxe. Depuis 2018, C2S renoue avec sa marque historique déposée en 1935, www.kidur.fr. Kidur propose sur son site internet son vestiaire de pièces masculines toutes faites à Courlay : Chemises, Vestes, Blousons et Chinos. Et bientôt à la distribution avec une sélection de partenaires et sa première boutique en propre qui ouvre ses portes à Bordeaux, dans le quartier historique le 5 Novembre 2022. Pour appuyer cette diversification et sa croissance C2S est accompagnée par un cabinet spécialisé dans la performance industrielle jusque fin 2023. En parallèle sont conduites des opérations de recrutement et de formation des équipes techniques.