DEPLAFONNEMENT DES RESSOURCES DU DEFI

22 avril 2024

Le Comité Professionnel de Développement Economique (DEFI) a obtenu le 17 décembre 2019, lors du vote du projet de loi de finances 2020, le déplafonnement de son budget alimenté par la taxe affectée du secteur.

 

Depuis 2012, le DEFI était obligé de reverser à Bercy les excédents versés au-delà du plafond fixé chaque année par la loi de finances.

 

Le rapport Cattelot/Grandjean/Tolo, transmis au Gouvernement, préconisait la disparition de cette mesure et soulignait le rôle essentiel des Comités Professionnels de Développement Economique.

 

Le Premier Ministre, Edouard Philippe a donc confirmé la mesure applicable pour tous à partir de 2021 et dès 2020 pour les CPDE qui disposeraient d’un contrat de performances justifiant un tel déplafonnement.  Le budget du DEFI va donc passer de 9,38 millions d’€ en 2019 à 10 millions d’€ en 2020.

 

Pour rappel, depuis sa création en 1984, le DEFI a instauré une forme de solidarité unique entre petits et grands acteurs de l’industrie de la mode.

 

Grâce à la taxe affectée sur l’habillement et aux 3500 entreprises qui la financent, le DEFI dispose d’un budget annuel de 9,5 millions d’euros, qu’il réinvestit dans quatre grands postes, afin de soutenir la croissance du secteur de l’habillement :

Ø     Accompagner les jeunes créateurs de mode :pour soutenir la créativité et la vivacité inhérentes au marché de la mode, le DEFI assiste les entreprises dès leur création.

Ø     Soutenir les exportations d’habillement français à l’international : sur un marché international ultra concurrentiel, le DEFI s’attache à renforcer l’image de marque de Paris en tant que capitale de la mode.

Ø     Transmettre les savoir-faire français : au carrefour de l’économie et de la culture, de l’industrie et de l’artisanat, l’habillement français repose sur des savoir-faire que le DEFI s’attache à transmettre par la formation.

Ø     Soutenir toutes les innovations : le DEFI veille les tendances d’innovations technologiques et non technologiques et soutient les idées créatives, moteurs d’une industrie tournée vers le futur.

.
Partagez cet article sur :

/ Autres articles /

CARTOGRAPHIE DES FABRICANTS FRANÇAIS D’UNIFORMES SCOLAIRES

La Maison du Savoir-Faire et de la Création procède actuellement, avec le groupe de travail Réindustrialisation de l’UFIMH, à une cartographie des fabricants français qui participent ou souhaitent participer aux uniformes scolaires.   Celle-ci permettra :  
  • aux industriels d’être identifiés comme acteur de la fabrication des uniformes scolaires
  • d’aider les entreprises de répondre aux appels d’offres
  • aux collectivités de bien connaitre les ressources de fabrication dans leurs régions,
  • de valoriser la relation locale entre collectivités et fabricants sans intermédiaire.
Ceci afin de faciliter un projet industriel global, qui participe au dynamisme de l'économie locale et garantisse qualité et durabilité pour les familles, les élèves et les établissements scolaires.     Retrouver les professionnels de la Mode et de l’Habillement qui participent à la production d’uniformes scolaires grâce au nouveau critère de recherche « production pour les uniformes scolaires » de la plateforme de la Maison du Savoir-Faire et de la Création.

Etude Ipsos & COFREET : L’importance de l’entretien dans l’achat des vêtements de seconde main

La seconde main continue de gagner du terrain en France, en particulier concernant les produits textiles et d'habillement, auprès des consommateurs. Réalisée par IPSOS pour le COFREET, cette étude revient sur les attentes et les exigences des acheteurs français de vêtements de seconde main. Il en découle des résultats intéressants et que nous avons le plaisir de vous communiquer, notamment le fait que 71% des acheteurs de seconde main consultent souvent les informations présentes sur l’étiquette pour l’entretien de leurs vêtements d'occasion. Ces résultats confortent le fait que l’étiquette d’entretien doit être conservée tout au long de la vie du textile afin de garantir et faire perdurer son parfait état. En savoir plus.

Christophe Béchu lance la concertation des parties prenantes autour de la méthode de calcul de l’affichage environnemental des vêtements

Christophe BECHU, Ministre de la Transition Ecologique et de la Cohésion des Territoires, lance la concertation avec les parties prenantes autour de la méthode Ecobalyse pour évaluer le coût environnemental des vêtements. En impliquant activement les parties prenantes dans cette démarche, le Ministre vise à construire avec elles un système d’information transparent et fiable sur le coût environnemental des produits. Pour vous inscrire, connectez à l’adresse suivante : https://chat.ecobalyse.fr/login Calculateur Ecobalyse