« Je suis une femme indépendante bien accompagnée »

5 juillet 2022

3 questions à Myriam Raymond, responsable développement collection 3D chez Krobady

 

Quel est votre parcours ? 

« J’ai travaillé à Paris comme modéliste chez Sergent Major. Grâce à eux, j’ai eu l’occasion de me rendre en Asie. J’ai rejoint Tape à l’œil à Shanghai avant d’accepter cette aventure chez Krobady en septembre 2018 : c’était excitant ! Tout était à créer en Colombie et j’ai donc déménagé en 2019 avec mari et enfant. Je suis une femme indépendante bien accompagnée. Mon mari s’adapte à mes évolutions professionnelles. Seule, je n’aurais pas pu avoir ce parcours. »

 

En quoi consiste votre métier ?

« Nous développons les collections en 3D. Les marques envoient les dessins, à partir desquels nous créons un avatar afin de réaliser un prototype virtuel. »

 

Pourquoi cet intérêt pour la 3D ? 

« Parce qu’elle croise mon goût pour la mode, les vêtements et mon engagement pour une consommation durable. Concrètement, on peut faire une rotation à 360°, des zooms… Elle permet en production de limiter les erreurs et les allers-retours de produits car toutes les modifications peuvent être faites en amont. Si une styliste hésite sur un choix de tissu, nous lui faisons des propositions en 3D sans gaspiller les tissus. La 3D permet de gagner du temps et de l’argent en ayant un langage commun pour tous les services et une approche responsable. »

Partagez cet article sur :

/ Autres articles /

Le guide et recommandations des acheteurs publics textile-habillement-chaussure vient de paraître

Le rapport « Relocalisation et Mode durable » réalisé par le Comité Stratégique de Filière Mode et Luxe, avec la participation de la FACIM, les institutions, la Maison du Savoir Faire et de la Création et les entreprises du Textile, Habillement, Cuir, souligne l’importance de la commande publique comme levier de compétitivité et outil de relocalisation. Ce guide, destiné aux acheteurs publics, intègre 14 recommandations concrètes pour les guider dans la rédaction de leurs appels d’offres (cahier des clauses techniques, règlement de la consultation, critères d’attribution, seuils de critères techniques). Toutes les clés leur sont données pour faire en sorte que la production française soit favorisée en respectant le code de la fonction publique.   Lien : https://www.dropbox.com/scl/fo/d4tn8c631u37wi6lifjda/h?dl=0&rlkey=8kydfcc7hxzscyx6v2t32lvev

Yann Rivoallan élu Président de la Fédération Française du Prêt-à-Porter Féminin

Lors de son Assemblée Générale du 23 juin dernier à La Caserne, la Fédération Française du Prêt-à-Porter Féminin a élu Yann RIVOALLAN à la présidence pour trois ans. Co-fondateur en 2008 de la société The Other Store, rebaptisée The OZ, spécialisée dans le e-commerce pour les marques de mode, il créé récemment une deuxième entreprise, Everywhere Anytime, qui explore de nouveaux formats digitaux pour la formation des professionnels. Monsieur RIVOALLAN entend poursuivre le travail de modernisation de son prédécesseur en fixant ses priorités autour de la RSE, l’international et l’omnicanallité. Il entend digitaliser la Fédération et ses actions pour développer les relations avec ses membres, rassembler les acteurs du secteur via des rencontres physiques et virtuelles et amplifier la coopération dans le but de trouver des solutions pour accélérer la croissance responsable des adhérents. Il sera accompagné dans sa mission à la Fédération de trois Vice-Présidents : Sophie PINEAU, Alain SARFATI, Hervé COULOMBEL et de Eric SPRUNG au poste de Trésorier.

Sylvie Chailloux, Présidente de l’UFIMH, salue la mission accomplie par Pierre-François Le Louët à la présidence de la Fédération Française du Prêt-à-Porter Féminin

« Durant ses deux mandats, Pierre-François LE LOUET n’a cessé d’être à l’écoute des entreprises et d’œuvrer, avec l’aide des équipes de la Fédération, pour la modernité, la numérisation, la transformation des modèles économiques et les nouvelles dynamiques de développement durable. Sa force et son acharnement ont assurément permis de redynamiser la Fédération mais également de recréer une collaboration avec les institutions et les autres Fédérations. Je le remercie sincèrement pour son implication sans limite pour notre secteur et l’appui qu’il lui a apporté dans les travaux de l’UFIMH. Je suis ravie que Yann Rivoallan ait été élu pour prendre la suite de ses missions à la présidence de la Fédération et je suis convaincue qu’ensemble, nous accélèrerons tout ce qui a été entrepris ces 6 dernières années ».